Orgue et violons concertants
à la Scuola di San Rocco de Venise.

Présentation

Les jeux sonores et les pratiques brillantes et festives apparues dans les églises de la Sérénissime - comme la pratique des cori spezzati, (à double chœur) – étaient destinés à impressionner les visiteurs de marque et à mettre en valeur le pouvoir de la «République» et des Doges lors des offices extraordinaires.

Nous avons expérimenté, choisi, et préparé pour ce programme quelques uns des premiers spécimens, composés au XVIe siècle par les Maestro di capella de Saint Marc et de San Rocco de Venise.

Au XVIe siècle, les instruments de la famille des violons jouaient ensemble dans des formations appelées à Venise Sonadori nuovi et plus généralement Concerto di violini dans le nord de l’Italie. La citation la plus ancienne d’un ensemble de Violons en Italie date de 1523 (administration piémontaise), suivie par quelques autres plus précises à propos de Brescia (1530, 1535 etc.).

Si les grandes villes entre le Piémont et Venise entretiennent un ou plusieurs groupes de violons, la mode est si grande que presque toutes les villes de moyenne importance en ont au moins un, aux côtés des piffari (vents).

Les confraternités vénitiennes appelées Scuole Grandi, engagent les unes après les autres un Concerto di violini en remplacement des anciens instruments (vièle, luth, harpe). Dans l’ordre, d’apparition : Scuola della misericordia 1530; San Rocco : 1533; San Giovanni Evangelista : 1537; Della Carita 1541; San Marco 1542.
C’est à San Rocco que les violons atteindront la plus grande renommée, grâce au souhait des frari de stabiliser l’emploi de leurs six violons à l’aide d’une sorte de « contrat à durée indéterminée » et un salaire correct. En échange, les Sonadori nuovi s’engageaient à élever le plus possible le niveau culturel de leurs sources musicales et à éviter les pièces d'origine profane (en 1550, un loi promulguée par le Concile de Trente vient interdire les madrigaux « lascifs et amoureux » pendant les offices).

Le répertoire était principalement constitué de Laudes, de Motets (Willaret, De Rore) de pièces instrumentales ainsi que, jusqu’aux années 1550 de pièces d'origines profanes comme des madrigaux et chansons. L’instrument qui partageait les prestations musicales des violini à l’église était bien sûr l’orgue.

orgueprog

C’est aussi à Venise, à la même époque, que commence la pratique des cori spezzati, (à double chœur) initiée lors des psaumes pour les grandes occasions, à deux fois quatre voix, qui, en strict conformité avec la tradition liturgique alternent verset par verset (occasionnellement demi-verset par demi-verset) chantés en alternatim et parfois en repons avec quatre solistes dans un choeur et le groupe «tutti» dans l’autre. L’exemple le plus ancien de publication de partition connue pour cette pratique est le recueil de salmi spezzati de Adrian Willaert (1550). Ce style en plusieurs choeurs sera rapidement exploité par les instruments dans les oeuvres de Giovanni et Andrea Gabrieli, ainsi que celles de Giovanni Picchi, organiste de San Rocco.

Dans ce programme, nous avons rassemblé quelques pionniers vénitiens ou actifs dans le nord de l’Italie, afin d’expérimenter les jeux sonores et les pratiques brillantes et festives apparues dans les églises de la Sérénissime, souvent dans le but de valoriser le pouvoir de la «République» et de ses Doges lors des offices extraordinaires offerts au passage d’un visiteur de marque.

Télécharger le programme détaillé >> pdf

Alain Gervreau,2014